La grenouille survivaliste dans l'eau bouillante

La grenouille survivaliste dans l'eau bouillante




Vous connaissez l'histoire: si on met une grenouille dans de l'eau et qu'on augmente progressivement la température, elle se laissera bouillir; la température s'élevant si lentement qu'elle ne réalisera pas qu'elle s'approche de la mort.

Il sera question de cette situation dans ce billet.

La menace structurelle majeure qui pèse sur l'Occident


L'une des menaces qui s'est développée depuis l'Après-Guerre, d'abord en sourdine et qui de plus en plus manifestement s'étale sous nos yeux, est de nature structurelle et démographique.

L'Occident fait face à une menace structurelle qui touche sa propre existence, comme civilisation et  comme foyer de la race blanche. Qui menace le grand ensemble menace aussi les ensembles subordonnés au grand et ultimement, les familles et les individus. Donc nous aussi, les survivalistes.

Cette menace, c'est celle du Grand Remplacement.

Ce Grand Remplacement est nié par toutes les instances gouvernementales. En même temps qu'il est nié et ridiculisé, ces même gouvernements expliquent que l'immigration est essentielle pour payer les retraites de nos citoyens plus âgés. En fait, on a besoin d'immigrés pour remplacer la main d’œuvre que les retraités auraient dû engendrer et qu'ils n'ont pas mise au monde. Il n'y a officiellement pas de Grand Remplacement mais on « grand remplace » quand même. Et le public gobe tout — de moins en moins d'ailleurs. Ceux qui nous remplacent proviennent généralement, il faut le dire, de régions du monde riches en QI à deux chiffres et en tribalisme. 

Il y a un effectivement un Grand Remplacement qui a été planifié, organisé et déployé et qui vise spécifiquement la race blanche. Si rien n'est fait, l'Occident aura cessé d'exister dans cinquante ans et se « tiers-mondisera » de plus en plus. Ça commencera avec la Suède dès 2030. Gauchistes, inclusifs et cie, si vous aimez la diversité, votre devoir est de préserver l'existence des blancs qui sont menacés de disparition.

Suédoise

On peut examiner les causes et les moyens bien longtemps mais ce n'est pas le forum pour cela, Ceux qui voudraient approfondir le sujet s'intéresseront aux travaux de Pierre Hillard, probablement le plus grand spécialiste qui soit sur le mondialisme, ses buts et ses effets.

Pierre Hillard

Boris Le Lay, ce breton en exil forcé au Japon, condamné à de la prison ferme pour avoir énoncé une évidence ethnologique, à savoir qu'il n'y a pas de Celte noir et qu'il n'y en aura jamais, tient quasiment une chronique sur le sujet et l'actualité lui donne toujours raison. C'est un excellent analyste, au demeurant.

Boris le Lay

Mais cela va plus loin que ça. Les gens qui viennent nous remplacer sont issus de civilisations qui n'ont absolument rien en commun avec la nôtre, nous envient en nous méprisant et sont souvent très, disons, tribaux. Leurs dispositions d'esprit ne permettent pas l'assimilation, ce qui nous condamne à vivre dans des sociétés à plusieurs peuples et à terme, à devenir nous-même minoritaires et je soupçonne que ces ethnies ne montreront pas la même générosité pour les nouvelles minorités, c'est à dire nous, que celle dont nous faisons preuve à l'endroit de nos minorités, c'est à dire eux.

Quand on importe le Tiers-Monde on devient le Tiers-Monde.

Notre civilisation a été guidée — volontairement — dans un cul-de-sac et sortir de ce cul-de-sac nous sera très couteux. Y rester le sera encore plus. Déjà nous en payons le prix par la disparition progressive de la classe moyenne, le racisme anti-homme blanc quasi-institutionnalisé et la dévalorisation de la femme en tant que personne et en tant que porteuse de vie, des traditions et de l'avenir. Ce n'est pas que la faute aux remplaçants, en fait en toute honnêteté ils n'y sont pour rien: ils ne sont forts que parce que nous sommes faibles, ils ne sont entrés que parce qu'on a laissée la porte ouverte. Des décennies d'idéologies subversives — gauchisme, socialisme, féminisme — nous ont amollis et ont détruites les bases de notre force, à savoir la cohésion sociale, la structure familiale et les rôles respectifs des hommes et des femmes. Prenez la question comme vous le voulez, il n'y a que les femmes qui peuvent porter la vie.

Les survivalistes et le Grand Remplacement


Il y a bien peu de gens conscients de cette terrible menace. Beaucoup de survivalistes le sont, plus ou moins et plus ou moins correctement. Il demeure néanmoins que nous sommes mieux au fait de ce danger que le reste de la population.

Nous contemplons donc ce sinistre horizon avec un certain sentiment d'impuissance. Il est vrai que nous pouvons peu, à l'heure actuelle, mais nous pouvons néanmoins quelque chose.

Sauver son précieux petit cul désolé ne suffit pas


De par mes observations, je peux affirmer que les survivalistes dont la motivation profonde est uniquement de sauver leur peau et de passer à travers des catastrophes ne sont généralement pas ceux qui durent. Après plusieurs années sans qu'il ne soit nécessaire de déployer leurs plans survivalistes ils s'essoufflent puis abandonnent. L'instinct de survie n'étant pas sollicité pendant la préparation, cet important moteur de motivation ne peut donc pas fournir d'élan.

Ceux qui en revanche pratiquent le survivalisme dans le but de transmettre — et oui pour cela il faut évidemment survivre aux épreuves — ceux-là ont des assises psychologiques et morales beaucoup plus solides et sont davantage prêts à envisager et faire les sacrifices requis. La raison en est simple: c'est parce qu'ils se projettent non seulement dans leur futur individuel mais aussi dans leur descendance et dans l'avenir de leur peuple, de leur ethnie, de leur civilisation. Cette formidable motivation donne un sens et une lancée à un projet de préparation à cause du sens particulier que procure la responsabilité de préserver et transmettre. Encore plus puissant est l'instinct paternel et maternel de donner à nos petits le meilleur de nous-même et le meilleur de ce dont nous avons hérité de nos ancêtres et de notre civilisation.

De là la nécessité de la famille. Non seulement elle procure du soutien lorsqu'on est âgé mais elle assure la pérennité d'une lignée qui fait partie d'un ensemble de lignées, celles d'une ethnie, d'un peuple, d'une nation, d'une civilisation.

Face à tous ces périls dont celui de disparaître, les survivalistes conscients et « complets », à savoir ceux qui se préparent en général et qui se sont donné aussi vocation de transmettre leur héritage culturel et ancestral civilisationnel, seront ceux qui seront le plus à l'abri de toutes les sortes de propagandes et mensonges dont on abreuve le peuple. Ils risquent fort aussi de faire office de phares dans les ténèbres et dans tous les cas, seront les mieux équipés et les mieux préparés mentalement.

Les survivalistes qui comprennent bien leur démarche se sont donc investis d'une mission primordiale qui stimulera leur motivation.

Nous sommes dans la casserole et la température de l'eau augmente.


Le lien entre ce que nous étions et ce que nous sommes est en train de se rompre. Depuis l'Après-Guerre, nous sommes devenus des sociétés de consommation et il faut l'avouer: les peuples occidentaux se sont laissés corrompre. Nous avons cédé nos identités contre des biens, du plaisir et de la jouissance achetés à crédit et la croissance, anémique, ne suffira pas à payer cette dette.

Nous avons délaissés nos devoirs dont le plus important est celui de se perpétuer et de transmettre. Une part grandissante de la population occidentale ne se reproduit pas parce qu'une famille, c'est une charge financière donc du plaisir de moins. Les autres font moins d'enfants à cause des salaires qui ont baissés et des coûts qui ont augmentés: une famille ne peut plus vivre avec un seul salaire comme il y a 50 ans. Toutes les branches stériles de nos populations s'éteindront un jour et c'est une bonne chose pour nos peuples. Seulement, au lieu de se retrouver avec moins de population mais quand même entre nous, nous allons progressivement perdre le contrôle de nos pays respectifs pour finalement disparaître parmi une population de remplacement qui, par tribalisme atavique, ne nous fera aucun cadeau, ces cultures étant totalement étrangères à nos sociétés universalistes et de Droit. D'autant plus que ces masses migrantes ne sont là généralement que pour une raison: prendre et s'enrichir, ou prendre le contrôle et en faire un jour un État à leur goût.

Cela fait maintenant 70 ans qu'on œuvre à notre ébullition et là, on y arrive. À la différence de la grenouille dans la casserole, nous commençons à réaliser que cette eau est décidément bien chaude. Et encore, ceux qui le réalisent ne sont pas assez nombreux. Il vient un temps où, comme survivaliste conscient que notre préparation a de bien meilleures chances de succès si elle est davantage répandue dans la population, nous devons aider à la naissance d'autres survivalistes qui prendront conscience des mêmes dangers qui nous menacent.



L'idéologie mondialiste veut notre peau et est en bonne voie de l'obtenir. C'est notre civilisation et les peuples qui la composent qui sont menacés d'extinction, la seule défense valable contre cette attaque, c'est l'anti-mondialisme donc une certaine forme de patriotisme et de nationalisme, une certaine forme de traditionalisme et la transmission de notre héritage civilisationnel combiné avec l'amour des siens.

Cependant il est temps de réagir et de sauter hors la casserole. Nos peuples sont capables des plus grandes choses quand ils ne sont pas égarés par des idées subversives. Nos ancêtres le savaient et ils ont conquis le Monde en y apportant l'éducation, la médecine, l'alphabétisme généralisé. Revenons à leur sagesse car oui, ils stockaient en vue des temps difficiles, eux.

Merci à:
FG
J.
Dan Sullivan
Ainsi qu'aux autres tipeurs et donateurs.

Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Joel Deplanque a dit…
Bonjour Vic,

Comment traiter de ce sujet sans être aussitôt considéré comme extrémiste fascisant, raciste incurable par la masse glauque des bienpensants et fiers de l'être ? Est-il seulement permis d'essayer ? Oui, en pesant chaque mot, en ciblant chaque virgule, les chasseurs de racistes se tenant à l'affut.

Je ne m'étalerai pas sur la notion de grand remplacement. Seuls les aveugles, bigleux sociologiques et autres dégénérés perméables refusent d'en admettre l'existence.

J'ai passé vingt ans de mon existence parmi une population composée de 80% de blacks, 15% de blancs et 5% de divers. De très loin, ceux qui m'ont le plus emmerdé, tiré dans les pattes furent mes semblables blancs.
Depuis quatre ans je vis au sein d'une population composée de 99% de latinos. Sans problème.

Curieusement, je répondais ce matin à une personne me félicitant de la vidéo d'un voyage dans l'Atiplano que je venais de mettre en ligne. Je t'en livre un extrait :

"Attention cependant à ce que j'appelle piège des maths ! Un de mes professeurs m'avait impressionné en m'affirmant que les mathématiciens étaient des fainéants en ce sens que les meilleurs d'entre eux trouvaient toujours la solution la plus simple pour résoudre un problème. Ça n'a l'air de rien, mais les conséquences de cet énoncé sont énormes ! A force de progrès visant confort et facilité, les sociétés occidentales modernes sont tombées dans la décadence. Le rejet de l'effort et de la notion de sanction en sont les principales causes. Tout bien n'ayant pas été acquis par l'effort ne génère aucune satisfaction personnelle et n'est pas apprécié. C'est ce que suggère sans équivoque l'adage selon lequel il n'y a pas de liberté sans contraintes.
Au cours de ce voyage organisé (car effectué via une agence d'Uyuni), j'ai été confronté à ce que la génération actuelle d'occidentaux secrète dans le genre de débiles mentaux clonés. J'explique...
Les 4x4 contenant chacun six clients arrivent sur un site quelconque.
Comme si le paysage allait se barrer, les débiles jaillissent des bagnoles, I-Phone en main et mitraillent chaque caillasse.
Ca grimpe partout, pire que des chèvres folles.
Difficile de faire une photo sans un de ces connards dans le champs.
Ça ne respecte rien.
Ça ne comprend rien à ce qu'ils photographient et ça ne cherche même pas à comprendre. Il me semble pourtant que le salar d'Uyuni, les formations géomorphologiques des déserts environnants sont de nature à titiller la curiosité de n'importe qui. Eh bien non... Ca consomme des paysages comme des porcs leur baquée.
Ca n'écoute rien. Le guide dit que la vapeur sous pression s'échappant du sol est à 98° et qu'il ne faut pas s'en approcher à cause de projections. Première chose faite par les connasses de service : coller au plus près du jet... Pas de bol, aucune de ces langoustes stupides ne se fera ébouillanter...
Tu profites d'un instant de calme pour filmer. Il y a toujours un ahuri pour te passer devant, parfois y stagner... Et ce con te regarde le filmer, comme si sa gueule de Mongol dégénéré surpassait la majesté des volcans alentours...
Mon cul, ma gueule, mon I-Phone...
C'est la première et dernière fois que je fais un voyage organisé. Je reviendrai là-haut avec Maria, une bagnole louée et un guide. Nous prendrons le temps d'observer sans avoir dans les pattes un troupeau de tarés.

Fin partie 1...
Joel Deplanque a dit…
Partie 2.

Cette expérience "sociétale" est assez révélatrice de ce qu'est cette génération... J'ai pensé à ces barbus, journalopes gauchiasses de Charlie Hebdo. Ces braves cons pensaient publier impunément et à répétition des caricatures do pédophile Mahomet. Les Sarrasins les ont liquidés à l'AK47 et ont remis ça à plusieurs reprises. Qu'ont fait les Franconnards en réponse ? Ils se sont dits Charlie, ont déposé fleurs et bougies et fait des photos-souvenirs avec leurs portables. A leur image, leur gouvernement de pantins construit des mosquées, fait entrer des terroristes sur le territoire national. Et les cons en redemandent...
Une victime d'attentat ? Pas grave ! Ce n'est qu'un contact Facebook en moins. Le genre de truc dont on se remet vite...
Quand on pense que nos ancêtres sont allés à pied jusqu'à Moscou pour botter le cul aux Popov... Ils avaient tellement peu d'esprit critique qu'on les appelait grognards...
Tiens, j'ai un de mes ancêtres journaliste qui a été guillotiné par les révolutionnaires de 89. Il écrivait des trucs contraires au sens du courant. De quoi croire en la génétique et en l'hérédité..."

Tout ça pour te dire qu'on ne fait pas le bonheur des gens contre leur volonté. Nos pires ennemis sont dans les rangs nos compatriotes !
Survivaliste ou pas, chacun doit penser à sauver sa peau et sa proche cellule familiale. Penser élargir cette attitude, c'est -dans les conditions actuelles- subventionner la médiocrité, donner du lard à des cochons et fertiliser les mauvaises herbes. On ne lutte pas contre la décadence. Instruisons nos enfants et laissons cuire les grenouilles du voisinage ! Chacune d'elle recevra sa juste rétribution. Où étaient les Romains résistant à la décadence ? Nous occidentaux, au même titre que les autres civilisations subirons le sort que nous méritons, ni plus, ni moins. Comme le dit Boris dans sa dernière vidéo, cette invasion massive constitue aussi une chance pour nous faire prendre conscience du risque. Tôt ou tard, les Barbares feront une erreur. Alors les esprits des pâlichons s'éveilleront. Ils quitteront leurs I-Phones des yeux, feront tomber ces démocraties et commencera la guerre de libération nationale. Cette réaction salutaire sera sans doute en partie composée du noyau souhaité par Daniel Conversano ?

J'ai choisi de vivre à l'étranger, loin de ces débiles perméables à tout et m'en porte très bien. Ici en Bolivie, un drapeau tricolore flotte au-dessus de la maison (je t'envoie une photo) et personne ne m'a traité de nationaliste ! Je me souviendrai longtemps de ce général Bolivien (admirateur de Napoléon) qui au cours d'une soirée, s'est tenu au garde-à-vous devant moi et m'a chanté en français les trois couplets de la Marseillaise. IMPRESSIONNANT.

Tout espoir n'est pas perdu, mais le sursaut n'aura pas lieu sans douleurs. Et les plus pacifistes seront alors les pires tortionnaires. Ca promet de "grands moments"...

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Débuter intelligemment en survivalisme: Attitude