Le survivaliste et la forme physique

Le survivaliste et la forme physique




Récemment — et on dirait presque que vous vous êtes donnés le mot (!) — on m'a proposé des sujets de billet qui ne faisaient pas partie de mes préoccupations et, dans un cas particulier, que je ne savais pas aborder de manière satisfaisante.

En voici un qui ne faisait pas partie de mes préoccupations fondamentales comme survivaliste mais voilà, j'en parle aujourd'hui: il s'agit de la forme physique.

Voici donc ce que je pense de la forme physique.

L'activité physique et moi


Je me souviens étant petit, nous avions à la télé des publicités de ParticipACTION. Du haut de mes 8-9 ans, je trouvais ça drôle qu'on nous dise de bouger plus puisque à cet âge je passais mes journées à courir, sauter, pédaler, grimper.



Jusqu'à l'âge adulte, je ne me suis jamais préoccupé de la forme physique. Je mesure 5'8" 1/2 (1m74) et à 19 ans je pesais 130-132 lbs (59-60 kg). J'étais maigre mais je crois que j'étais en bonne forme physique puisque je faisais énormément de vélo. Il m'est arrivé de faire de chez moi au Parc National de la Mauricie, de m'y promener et de revenir, une centaine de km dans la même journée avec beaucoup de montées et de descentes. Ceux qui habitent ou connaissent le Parc, réaliseront que c'est pas une promenade en trottinette.

Après trois mois d'armée, j'avais gagné 25 lbs (11-12 kg) et je n'avais toujours pas une once de graisse. J'étais en grande forme.

Un an après avoir quitté l'armée, j'avais gagné 5 lbs et depuis, je n'en ai que gagné.
J'ai aussi fait des arts martiaux et n'étant pas de nature très souple, j'ai plutôt développé des techniques et des tactiques faisant appel au haut du corps. Mais... un mec qui prétendait me montrer des trucs de karaté que je ne voyais pas encore en dojo et qui en profitait pour tenter d'écraser une jeune ceinture jaune a goûté à mon célèbre spining back kick: deux côtes fêlées et un vol d'environ 2 mètres cinquante. Même si je n'ai pas de souplesse en revanche à cette époque mes jambes étaient en acier et très puissantes (cf. le vélo).

Depuis 2 ans je travaille à contrat dans le domaine de la construction et dans un milieu industriel et c'est très physique. Entre mes contrats, je bouge peu, aussi je m'en ressens énormément quand je commence un nouveau contrat.

Mais voilà: après quelques jours, mes muscles se réveillent, je ne suis plus courbaturé et je retrouve rapidement de la force et de l'endurance. Je n'ai plus 20 ans, j'en ai 51, le rythme de remise en forme, la récupération après l'effort et le plafond de forme physique ne sont plus les mêmes qu'à 20 ans mais l'important, c'est d'être capable d'accomplir les tâches que nous devons faire.

Ces trois dernières années, j'ai beaucoup perdu de forme physique principalement parce que je ne pouvais plus inspirer de volumes d'air suffisants, des papillomes obstruant partiellement mon larynx. La moindre activité physique provoquait un essoufflement rapide et qui n'en finissait plus car plus j'essayais d'inhaler de l'air, moins celui-ci passait à cause de la pression provoquée par un plus grand volume d'air qui refermait davantage mon larynx, les papillomes faisant un effet de vide sous eux. Depuis mon opération je peux enfin respirer normalement et j'ai retrouvé rapidement non pas une forme physique optimale mais au moins une meilleure forme physique qu'avant et c'est en constante progression.

Le culte du corps


On peut trouver des manifestations du culte du corps jusque dans la Grèce Antique, quoique c'était surtout le culte du corps masculin, pas étonnant dans une société qui pratiquait la pédérastie.

Le culte du corps est revenu en force en Occident au XXe siècle. Le cinéma hollywoodien y est pour beaucoup, lui qui a bâti sa suprématie sur d'abord la tension sexuelle suggérée puis voilée et enfin mise sur le devant de la scène. 

Pour que ça fonctionne, cela prend des acteurs et des actrices ayant un visage quasi parfait et corps désirable, qui correspond aux canons de la beauté du moment. Et cela évolue.

De nos jours Marilyn Monroe serait trop grosse pour percer dans l'industrie du cinéma et pourtant elle était la référence universelle de la beauté et du corps féminin il y a 70 ans. Moi j'y vois une femme très bien proportionnée et qui exhale la féminité.


Le culte du corps, du corps sexy s'entend, est devenu la norme. On allègue souvent la santé comme motif pour être mince mais souvent, les moyens pour devenir et rester mince ne sont justement pas santé. Certaines femmes se rendent malades à force de minceur, il faut le noter.

En contrepartie, la mécanisation et l'usage de multiplicateurs de force de plus en plus répandus en Occident entraînent les gens dans une sédentarité de plus en plus marquée.

Aussi, nous avons donc trois catégories de gens: des gens qui s'entraînent à des fins esthétiques ou de santé, des gens qui ne s'entraînent pas mais qui bougent suffisamment pour être en forme et des gens qui ne s'entraînent pas et ne bougent pas suffisamment.

Mens sana in corpore sano


Un esprit sain dans un corps sain. La forme physique, contrairement au sens premier du mot qui fait référence à une apparence matérielle (la « forme ») se situe avant tout dans ce qu'on ne voit pas: le bon fonctionnement des organes, des muscles et de la circulation sanguine.

C'est affaire d'alimentation mais aussi d'exercice suffisant.

Dans un contexte survivaliste, cela prend un sens particulier.

Beaucoup d'entre nous entretiennent erronément l'idée que c'est la personne la plus forte, la plus rapide et la plus « en forme » qui survivra et qui l'emportera en cas d'affrontement. C'est oublier la fameuse citation de Monsieur Colt:

« Dieu a fait des hommes grands et d'autres petits, je les ai rendus égaux. »

Mais en toute honnêteté, si la forme physique a beaucoup à voir dans les capacités de combat à mains nues en revanche l'expérience et l'entrainement à l'aide de techniques de combat — les arts martiaux et pas seulement leurs versions orientales — jouent un rôle déterminant à forme égale, voire même à forme inégale pourvu que le plus « faible » physiquement soit suffisamment en forme et maîtrise son art du combat.

Alors elle se situe là, la forme physique: pouvoir accomplir les activités physiques requises par notre boulot ou notre mode de vie en général et pratiquer suffisamment d'activités physiques afin de solliciter notre corps et ainsi maintenir ses fonctions de manière optimale.

Et en survivalisme?


La forme physique est très importante en survivalisme mais, bémol, elle ne comptera que le jour où nous devrons déployer nos plans survivalistes à leur intensité maximale. 

Ce n'est pas une panne d'électricité de quelques heures voire de quelques jours qui sollicitera notre corps comme jamais, on s'entend. Par contre si on doit accomplir des efforts supplémentaires que nous ne produisons pas normalement, là, la forme physique sera primordiale. Je pense ici à la culture du sol sur une bien plus grande surface que le petit potager et qui demande un peu de force mais surtout de l'endurance, la coupe et l'abattage d'arbres (force) ainsi que leur manutention (force et endurance) et leur débitage (force) et à d'autres activités sollicitant les muscles plus intensément que dans notre vie quotidienne d'avant.

Mais une chose est certaine: nécessité fait loi. Ceux qui ne sont pas en bonne forme physique avant le deviendront, ce sera très pénible et très souffrant à la fin des journées; il est même probable que ceux-là ne pourront pas accomplir certaines tâches qui nécessitent plus de force dans les premières semaines du déploiement total de leurs plans survivalistes mais ils finiront par y arriver.

Tout cela n'est vrai qu'à une condition: que les fonctions musculaires et corporelles de l'individu n'ait pas été détériorées durablement par manque d'activité physique. C'est tout de même rare que ça se produise avant 40 ans et c'est à l'arrivée de la cinquantaine que l'on devient à risque... [Gasp!]
Aussi, je crois que la forme physique ne sera déterminante de la vie ou de la mort qu'en de très rares situations. Même si ces situations seront rarissimes, il ne faut pas les négliger.

Remise en forme


Sans tomber dans le culte contemporain du corps, qui consiste à le sculpter par l'activité physique, on peut développer sa forme sainement et l'entretenir par des moyens simples.

Si votre travail est physique et que vous devez aussi travailler de temps à autres en endurance et en force, assez pour faire augmenter temporairement votre rythme cardiaque, ne changez rien, vous êtes déjà à la bonne enseigne.

Si ce n'est pas votre cas, il existe des programme$ de remise en forme, avec coach individuel ou non. 

Si vous ne voulez pas dépenser d'argent à ces fins, vous pouvez aussi prendre les choses en main.

Pour le cardio-vasculaire, une marche de 30 à 45 minutes trois ou quatre fois par semaine, à une vitesse et un rythme qui vous permettent encore de parler mais pas de chanter, est un minimum suffisant.

Pour la force physique, il faut faire des tractions et différents exercices sollicitant vos muscles.

Pour ma part je suis partisan du programme 5BX, dont j'ai déjà parlé ici, une initiative de la Royal Canadian Air Force et qui a été développé pour remettre en forme ou maintenir la forme physique du personnel naviguant et au sol, dans les années 1960. Il existe aussi le programme XBX pour les femmes.

Téléchargez une copie du programme 5BX (en anglais)

Téléchargez une copie PDF du programme XBX (en anglais)


Récapitulation


La forme physique est importante mais il faut nuancer. Mieux vaut l'avoir que ne pas l'avoir mais ne pas l'avoir est rarement fatal, du moment que notre corps ne s'est pas détérioré de manière permanente dans ses fonctions internes à cause des années sans activité physique.

Si vous n'êtes pas en forme au moment où ça se détériore, vous allez souffrir physiquement quelques semaines mais vous allez développer cette forme physique. J'ai vu des gens arriver à l'armée en très mauvaise condition physique et après trois semaines, ils couraient le mile (1,6 km) comme les autres à bonne vitesse et ils faisaient leur 5 miles (8 km) avec paquetage avec autant d'endurance que les autres et sans régurgiter comme dans les premières journées.

Il faut s'y attendre: ceux qui sont en très grande forme physique diront que sans cette forme, tout est perdu, ce qui est juste une manière de se valoriser; tout comme ceux qui font l'université et en sortent avec un diplôme diront que c'est très difficile et pas à la portée de ceux qui n'y ont jamais mis les pieds. Quand on examine la qualité générale des diplômés de nos jours, enfin... On se valorise comme on peut, n'est-ce pas!

Mais si on replace les choses en perspective, on doit relativiser les propos de ceux qui en font un culte tout comme on doit relativiser ceux qui disent que ça ne compte pas. 

Oui, la forme physique compte oui; il vaut mieux commencer une crise en forme que pas en forme, mais aussi oui: si vous n'avez pas la forme, celle-ci s'acquiert rapidement quand vous bougez, même que les gains sont beaucoup plus rapides au début que trois mois plus tard par exemple.

N'empêche: pour maintenir la santé même en dehors d'une crise nécessitant le déploiement de nos plans survivalistes, il vaut mieux avoir une forme physique minimale.

Le poids? Le poids, il se perd alors que ceux qui n'ont pas un gramme de graisse sont plus rapidement menacés dans leur santé par le manque de calories. Néanmoins: trop, c'est comme pas assez (ahem! ahem!).

Cependant: les temps difficiles approchent à grand pas et dans les pays où la pression exogène se fait forte et violente et où vous n'avez pas la liberté de porter des armes, il vaut mieux commencer à développer tout de suite la forme physique mais aussi apprendre des techniques de combat via les arts martiaux. Aussi, si vous pouvez porter des objets légalement qui peuvent aussi devenir des armes par destination, ne vous gênez pas, spécialement dans des lieux qui sont hostiles aux de souche.
.
Car s'il est rare que des migrants se fassent attaquer en revanche ces derniers ne se privent pas d'agresser, de voler, de violer et de tuer les blancs, la population d'accueil. Dans ces conditions, la forme physique compte mais aussi sinon plus, la capacité de parer les coups et d'en retourner d'efficaces lorsqu'on est agressé.

Préparez-vous et si vous avez la chance de vivre dans des endroits où toute la population est civilisée, vous gagnez du temps avant d'être forcés de vous mettre en forme.

Merci à:
FG
Julien
J.
Dan Sullivan
Louis-Mathieu
Ainsi qu'aux autres tipeurs et donateurs.


Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Joel Deplanque a dit…
Bonne vidéo !

"Si jeunesse savait...
Si vieillesse pouvait..."

La force physique est un élément qui se développe dans la jeunesse, qui se travaille, qui s'acquiert et se perd naturellement. Donc, étant par nature fluctuante, elle générera des attitudes différentes et elles-mêmes changeantes.
Quand je me suis marié à l'âge de 23 ans, je pesais 57 kilos pour 1,85 m. On me faisait une radiographie avec une lampe de poche de 2 watts. Par contre, en montagne, j'en laissais pas mal derrière. Quarante années plus tard, grâce (ou à cause) des bons petits plats préparés par Maria mon nombril s'est éloigné de la colonne vertébrale et j'ai choisi de vivre en pays plat. L'époque de mon métier de forestier, mes marches en montagne, plus tard en Guyane toute la journée en forêt, deux nuits de chasse plus les fins de semaine... Des journées à 30 Km de marche, avec mon drilling Merkel de presque 4 kilos... Puis soudain, le commerce et le début des abdominaux Kronenbourg...
Nouvelle ligne, accentuation des courbes...
Ah, la force... Tout le monde rêve d'être costaud.
Dans ce domaine il vaut mieux être haltérophile que pongiste... Quoique...
Le balaise teigneux aura recours fréquemment pour calmer les ardeurs belliqueuses, protéger les siens et assurer sa propre sécurité physique. Mais il pourra aussi tomber sur un os.

Si la force physique diminue avec l'âge, l'expérience augmente. "Donnez-moi un levier et je soulèverai le monde".

J'ai toujours pensé que le cerveau était le muscle le plus puissant du corps humain. Il n'en demeure pas moins vrai "qu'un con qui marche va plus loin qu'un intellectuel qui reste assis".

Tout est donc question d'équilibre...

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Débuter intelligemment en survivalisme: Attitude